Apporteur d’affaires : le premier arsenal commercial des jeunes entreprises

Un apporteur d’affaire intervient pour booster l’activité commerciale d’une entreprise. Ce dernier intervient au choix de collaborer avec lui sur le long terme. Il peut également répondre à un besoin ponctuel. L’apporteur d’affaire peut travailler en indépendant ou pour le compte d’une entreprise qui se spécialise dans ce domaine.

Le rôle d’un apporteur d’affaires

Un apporteur d’affaire est un intermédiaire. Son principal rôle c’est de mettre en relation et rapprocher les parties souhaitant conclure un contrat. Si l’apporteur trouve un client pour une entreprise et que les deux parties ont signé un contrat, il ne peut pas garantir la solvabilité du client. Par contre, l’entreprise pourra lui demander un mandat lui permettant de conclure un contrat sous le nom de l’entreprise.

C’est l’entreprise qui rémunère l’apporteur d’affaires. Cette rémunération peut prendre trois formes dont le premier se présente sous forme de commission indexée sur le montant du contrat. Le second est une rémunération forfaitaire et le dernier sous forme d’une commission assortie d’une rémunération forfaitaire. En effet, l’activité d’un apporteur d’affaires n’est pas réglementée. Pour éviter les éventuels conflits, le choix doit être déterminé avant d’entamer la collaboration.

Les cibles d’un apporteur d’affaires

Les services proposés par un apporteur d’affaires s’adressent aussi bien aux entreprises existantes qu’aux débutantes. C’est surtout ces derniers qui bénéficient de plus d’avantages. Une entreprise débutante doit faire des prospections et trouver des clients pour poursuivre l’activité. L’avantage de l’intervention d’un apporteur d’affaires c’est qu’il ne reçoit pas sa rémunération que lorsqu’il apporte de l’argent à l’entreprise.

Lorsque l’apporteur d’affaires propose un client, l’entreprise pourra exiger au client le paiement d’un acompte. C’est la seule garantie pouvant être demandée. Si ce n’est pas possible, l’autre option c’est d’indexer le paiement de commission de l’apporteur sur le paiement effectué par le client qu’il a récemment apporté. Il faut souligner que si l’entreprise décide de payer le prestataire dès qu’il apporte un client, l’entreprise risque de rencontrer un problème de manque de liquidité. Il faut rester vigilant et analyser chaque option pour se protéger.

Rédiger et signer un contrat d’apport d’affaires

Le contrat d’apport d’affaires doit être sur mesure. Il est rédigé en fonction des besoins de l’entreprise. Cela implique quelques informations comme l’identité des différentes parties, l’objet du contrat, le rôle de l’apporteur d’affaires, l’activité de l’entreprise, les produits à présenter aux clients, les clients  à prospecter, la durée du contrat,  les commissions de l’apporteur et les modalités de paiement et enfin les conditions de rupture du contrat.

Les droits, les obligations et les engagements de l’apporteur d’affaires doivent être mentionnés dans le contrat pour éviter les litiges.Il faut souligner que le métier d’un apporteur d’affaires est accessible à tous. Tout le monde peut devenir apporteur d’affaire et professionnaliser l’activité. Pour pouvoir mener les missions, un statut juridique est indispensable. Même s’il n’y a aucune compétence exigée, la confiance joue un rôle important dans ce genre de métier : la confiance du donneur d’ordre dans un premier temps et celui du client après. La rédaction d’un contrat est également indispensable. Il protège l’entreprise et le prestataire, détermine à l’avance les conditions et les délais de paiement de la rémunération.

 


Hébergement web illimité

Laisser un commentaire