La création d’une société offshore : Les grandes étapes

société

Entre les impôts, les charges sociales, les taxes, la RSI et autres, les entreprises en France perçoivent à peine 60 % de leur gain. Le reste sera versé à l’État. Pour certains entrepreneurs, le retour sur investissement prend du temps et ils ont du mal à remonter la pente. C’est ce qui les amène à créer une société offshore, surtout pour optimiser les impositions. Quelles sont les grandes étapes de cette démarche ? Réponses ci-après.

Le choix du pays de résidence fiscale ou de domiciliation

Il est plus judicieux de créer sa société offshore dans un « paradis fiscal ». On entend par là un pays qui possède un niveau d’imposition relativement bas par rapport aux autres pays notamment la France. Un autre critère qui fait qu’un paradis fiscal en soit un c’est le manque de transparence concernant le calcul des impôts et enfin le manque de coopération de celui-ci de donner des détails sur les déclarations d’impôts et leurs déclarants.

En outre, le secret bancaire est très bien gardé dans ces pays. Les informations bancaires des entreprises et des particuliers restent confidentielles et ne sont dévoilées que si ces derniers sont impliqués dans un délit criminel. Le secret juridique va également permettre aux propriétaires des entreprises de garder leur anonymat.

Pour la création d’une société offshore aux Seychelles par exemple, les frais d’immatriculation figurent parmi les plus faibles. En outre, les procédures sont rapides et l’entreprise ne paye pas d’impôts. Elle doit juste verser une redevance à l’État tous les ans.

Trouver un organisme pour créer sa société

Cet organisme va vous renseigner sur tous les documents que devra avoir l’entreprise et pourra aider à tout mettre en place. Il se chargera des points administratifs et de toute la paperasse juridique de la société comme le statut juridique de celle-ci par exemple. Il est plus judicieux de se renseigner auprès des entrepreneurs et des infopreneurs avant de se lancer.

Il ne faut pas oublier d’embaucher un correspondant juridique et un comptable confirmé qui habite dans le pays de domiciliation de l’entreprise. Il faut également désigner un représentant qui assurera les services administratifs de la société entre autres le transfert des courriers. Ces opérations génèrent des frais qu’il faut considérer dès la création de la société. De ce fait, il est important de se préparer à d’éventuels frais supplémentaires.

Créer un compte bancaire offshore

La création d’une société offshore peut se faire très facilement. Il ne s’agit que d’une simple formalité. Par contre, ce n’est pas la même chose pour l’ouverture d’un compte bancaire offshore. Pour assurer leurs arrières en cas de problèmes, les banquiers suivent le principe du KYC ou Know Your Customer. Ils doivent ainsi rassembler assez d’informations sur la personne qui va ouvrir le compte afin de montrer leur bonne foi s’il existe des contrôles. Néanmoins, ils appliquent toujours les règles du secret bancaire.

Il est possible d’ouvrir un compte bancaire offshore par soi-même en approchant directement la banque. Dans ce cas, même le représentant de l’entreprise offshore ne pourra pas avoir accès à vos informations personnelles cependant vous allez devoir vous déplacer à chaque fois et on vous proposera un tarif standard offshore. En ouvrant par l’intermédiaire d’un prestataire, les procédures sont simplifiées et on peut bénéficier d’un frais d’ouverture entre 300 et 2000 €.

Le choix d’un compte multidevise reste la meilleure option, car il permet d’effectuer les transactions de manière rapide et facile. De plus, votre argent sera conservé dans une seule banque pour n’importe quelle devise. Le compte offshore permet également de basculer entre les devises avec un taux particulièrement intéressant. Et enfin, concernant les opérations de virement, les frais sont réduits.


Hébergement web illimité

Laisser un commentaire